Xiao Gang : de l’ivoire au cambouis

Le mathématicien Gang Xiao est décédé le 27 juin 2014 à Nice à l’âge de 62 ans, suite aux complications d’une opération du poumon. Né en Chine, il avait terminé ses études en France, et était Professeur à l’Université de Nice depuis plus de vingt ans.

La passion du jeune Xiao pour les mathématiques avait survécu à la révolution culturelle et à la ruralisation forcée : les soirs d’hiver, après les travaux aux champs, c’est transi de froid et ganté qu’il tapait ses mathématiques à la machine. Plus tard, grâce à cette ténacité et à ses aptitudes exceptionnelles, il avait pu entreprendre une thèse à l’Université d’Orsay. Encadré par Michel Raynaud avec le concours d’Arnaud Beauville, il soutient sa thèse en 1984. Dans la décennie qui suit, il s’impose comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la théorie des surfaces algébriques. C’est au milieu des années quatre-vingf-dix qu’il publie son résultat le plus fameux, un théorème comme tout mathématicien rêve d’en obtenir un au moins une fois dans sa carrière: très simple de formulation, très difficile à démontrer, et optimal. En l’occurrence, il prouve que le nombre de symétries d’une surface « minimale de type général » (c’est le cas difficile) vaut au plus 1764.KK (KK est une sorte d’aire totale de la surface); et il prouve aussi que la constante 1764 est optimale.

Entretemps, Xiao a été recruté dans l’enthousiasme comme professeur à l’Université de Nice, et il a découvert les joies et les peines de l’enseignement supérieur. Féru d’informatique, il entrevoit d’emblée les perspectives que l’ordinateur peut offrir à l’innovation pédagogique. Précurseur et visionnaire, c’est d’abord pour lui-même, comme il se plaisait à le préciser, qu’il se lance dans la conception et la réalisation du logiciel Wims. Incroyablement élaboré dès les premières versions, ce logiciel révolutionne les pratiques des enseignants qui l’adoptent, comme celles de leurs élèves ou de leurs étudiants. Wims permet principalement à l’apprenant de résoudre des exercices interactifs, ou d’en découvrir le corrigé. C’est l’enseignant qui sélectionne, pour chaque séance, les exercices qui constitueront la feuille virtuelle du jour, tandis que Wims se charge d’attribuer et d’enregistrer les notes. Comme chaque exercice peut comporter des données aléatoires ou être tiré au hasard dans un lot testant la même compétence, chaque élève se voit attribuer sa version spécifique de la feuille. Et mieux encore, du fait de l’aléa, la feuille peut être accessible pour entrainement avant d’être accessible pour évaluation. Enfin Wims permet à l’enseignant de créer et de partager des exercices originaux. Et d’ailleurs Xiao lui-même a inventé un très grand nombre d’exercices, dont beaucoup sont de véritables joyaux.

Xiao a passionnément voulu que Wims soit un logiciel libre. Et, en effet, une communauté d’utilisateurs enthousiastes s’est constituée, l’association WimsEdu, présidée par Bernadette Perrin-Riou, Depuis quelques années, c’est cette communauté qui promeut et développe Wims.

Dès cette passation de pouvoir exemplaire, Xiao se lance dans un nouveau défi : domestiquer l’énergie solaire à moindre frais. En deux ou trois ans, il prend la mesure des multiples embûches que comporte un tel projet, et réalise un prototype de capteur « individuel » cylindro-parabolique à héliotropisme électronique. Farouche adepte de la libre circulation des idées et du do-it-yourself, il choisit de mettre en ligne un manuel d’une trentaine de pages décrivant le mode de construction de son capteur. La maladie l’a frappé avant qu’il ne parvienne à diffuser cette belle invention.

Les dernières créations de Xiao sont à l’opposé de la tour d’ivoire et de la confiscation des savoirs. Dédiée à la construction de la connaissance, au partage des idées et à la sauvegarde de notre terre, la carrière de Xiao Gang a parfaitement illustré la formule :‘’Des actes plutôt que des paroles’’.

André Hirschowitz,
Professeur émérite à l’Université de Nice

Nouvelle impulsion pour WIMS en Slovénie.

L’atelier sur l’enseignement interactif préparé depuis longtemps par Boštjan Kuzman, enseignant à la Faculté d’Éducation de l’Université de Ljubljana, s’est concrétisé ce mois-ci. Il consistait en la présentation de systèmes interactifs d’apprentissage et la formation de futurs (et actuels) enseignants à la pratique de WIMS. Parmi les présentations, je retiens surtout le beau logiciel « OK […]

Classes ouvertes en mathématiques (niveau lycée)

Chacun peut aider à  élaborer ou à améliorer les classes ouvertes en mathématiques (niveau lycée), par l’intermédiaire de l’adresse pedagogie(at)wimsedu.info J’ai récapitulé ci-dessous quelques idées de participations peu coûteuses en temps et qui sont très utiles. Les classes existantes (conformes aux « nouveaux » programmes) sont actuellement les suivantes : seconde (GT), première (ES/Loption, S, STI2D/STL, STMG), […]

Classe ouverte de développement de ressources

Comme les autres classes ouvertes, la classe « Développement de ressources » est accessible à partir de la page d’accueil des serveurs WIMS : lien « Classes ouvertes » puis catégorie « Développement ». Un lien direct vers cette classe est également à votre disposition dans la rubrique « Documentations » de ce site (ci-contre). Cette classe s’adresse à tous ceux (en général […]

Projet de séparation de la base de données

Objectif : Dans le cadre d’un projet d’innovation pédagogique (IDEA) mené à l’université Paris-Est, nous proposons de travailler à une évolution de WIMS, consistant à  séparer la partie «moteur» (résolution d’exercice) de la partie «données» (les exercices, soit encore les «ressources pédagogiques»). Ces ressources seraient placées dans une base de données (BD) externe, à laquelle […]